• COMMUNAUTARISME et SUR-MOI COLLECTIF

    01/07/2020

    A ma connaissance, 2 "environnements" peuvent surpasser, dominer, étouffer la volonté personnelle : 

    -le premier est religieux

    -le second est communautaire.

    Rajoutons un troisième, qui est l'alliance des 2 premiers, le plus efficace.

    Ce fait s'explique par la production de Sur-moi particuliers de ces "environnements".

    Par efficacité -concernant le troisième point- , j'entends par là que les individus  -qui y sont rattachés- l'ont tout à fait intégré ; c'est à dire que leur lien au Sur-moi collectif produit est devenu non-conscient.

    Ce Sur-moi collectif puissant, dans la psyché individuelle, prend place comme instance primordiale, notamment au niveau comportemental.

    Pour rappel, Sur-moi contient : codes de conduites et de communication, règles, croyances, valeurs. Il s'agit d'un "programme" créée, que l'individu consent (ou non) d' intégrer pour fondre son Ego, son identité à plus vaste que lui.

    Cette démarche vers "la vastitude" me semble appropriée, mais selon moi l'Inconscient collectif devrait rester le but à atteindre ; à l'intérieur duquel il ne s'agit pas d'ailleurs, je pense, d'y dissoudre l'Ego mais plutôt de créer des points de contacts et du réseaux.

    Pourquoi rejoindre l'Inconscient collectif ? Car il est Patrimoine de l'Humanité. Nous y reviendrons.

    Le Sur-moi collectif, cet autre Au-delà fabriqué, peut être perçu alors comme un inconscient collectif miniature et artificiel, une poche de codes normatifs, limitants et dangereux  -pour le porteur et pour autrui hors communauté d'origine, DANGEREUX AUX INSTANTS PROPICES ET SURTOUT LE MOMENT VENU- (hormis si ce SM est relié à l'IC authentique, ce qui est inexistant à ma connaissance).

     

    COMMUNAUTARISME et SUR-MOI COLLECTIF

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :